Mes derniers avis:

Mes derniers avis

lundi 30 mai 2016

Histoire de la violence d'Edouard Louis

L'histoire :

"J'ai rencontré Reda le soir de Noël 2012, alors que je rentrais chez moi après un repas avec des amis, vers quatre heures du matin. Il m'a abordé dans la rue et j'ai fini par lui proposer de monter dans mon studio. Ensuite, il m'a raconté l'histoire de son enfance et celle de l'arrivée de son père en France, son père qui avait fui l'Algérie. Vers six heures du matin, il a pris plusieurs de mes affaires, il a sorti un revolver et il a dit qu'il allait me tuer. Il m'a insulté, frappé, violé. Le lendemain les démarches médicales, policières et judiciaires ont commencé, qui, plus qu'elles ne réparent la violence, la prolongent et l'aggravent." Ce livre retrace l'histoire de cette nuit et des jours suivants. 

Mon avis :

Depuis quelques semaines et suite à une proposition de partenariat des éditions Audiolib (que je remercie!) je me suis remise à écouter des audiobooks. Je suis vraiment fan de ce mode de lecture qui permet de continuer à dévorer des romans en accomplissant d'autres tâches (la vaisselle, le tricot, le ménage...). Pour ma part c'est durant mes trajets en voiture que ces CD m'accompagnent et que j'ai pu découvrir le dernier roman d'Edouard Louis, Histoire de la violence. 

J'ai découvert Edouard Louis il y a deux ans lors de la sortie du très médiatisé "En finir avec Eddy Bellegueule", un roman en grande partie autobiographique qui raconte l'enfance difficile de l'auteur. Dans ce nouveau titre on retrouve également une part de la vie d'Edouard Louis, il y relate son agression pendant la nuit de Noël par un homme qui l'a étranglé et violé. Le sujet est une nouvelle fois très dur et bien amené par l'auteur. 

Je trouve que la version audio s'adapte particulièrement à ce roman. Le comédien qui le lit, Philippe Calvario, est très doué et je me suis laissé entraîner par sa voix qui donne encore plus de profondeur et de puissance au récit. Je pense que j'aurais été moins marquée par cette lecture si je l'avais lue sur papier. 

Il y a cependant un point que j'ai eu du mal à comprendre et qui m'a dérangée pendant tout le texte : pour raconter cette agression et les événements qui l'ont provoquée, Edouard Louis passe par le récit de sa sœur. C'est elle qui parle et qui raconte à son mari les faits, tels qu'Edouard les lui a racontés. Cela s'alterne avec des récits de l'auteur lui-même où il rectifie, où il ajoute des points que sa sœur a omis... J'ai eu du mal avec ce choix de narration qui, à mes yeux amène de la confusion au récit. Ce texte aurait été beaucoup plus fort s'il avait été raconté directement par l'auteur lui-même puisqu'il est la victime de cette agression. 

En résumé : Un roman fort et déroutant qui raconte l'agression dont a été victime l'auteur. Si certains points m'ont dérangée je suis toujours aussi marquée par le style d'écriture d'Edouard Louis et lirai sans doute sa prochaine publication. 

Retrouvez aussi sur ce blog : 
      

1 commentaire:

  1. Je n'ai encore jamais testé les audiobooks, sans doute parce que mes trajets en voiture sont courts et qu'avec mes enfants, j ai rarement le silence durant ces derniers mais je comptais m'y mettre, notamment pour Boussole de M.Enard.J'ai en revanche sur ma liseuse le livre D'E.Louis que j'ai acheté dès sa sortie tant j'avais aimé son premier roman.Hélas, je ne m'y suis toujours pas mise mais ce que tu en dis dans ta chronique, notamment au sujet de mode de narration, m'intrigue.Il fera donc partie d'une très prochaine lecture.Bonne soirée Charline!

    RépondreSupprimer