Mes derniers avis:

Mes derniers avis

mardi 19 janvier 2016

Dites aux loups que je suis chez moi de Carol Rifka Brunt


L'histoire : 

Nous sommes au milieu des années 1980, aux États-Unis. June est une adolescente taciturne, écrasée par une sœur aînée histrionique et des parents aussi absents qu’ennuyeux. Depuis sa banlieue triste du New Jersey, elle rêve d’art et de son oncle Finn, un peintre new-yorkais reconnu. Mais Finn est très affaibli et meurt bientôt de cette maladie qu’on n’évoque qu’à demi-mot, le sida. Inconsolable, la jeune fille se lie d’amitié avec un homme étrange, Toby, qui se présente comme l’ami de Finn. Confrontée à l’incompréhension de son entourage, et à la réalité d’une maladie encore honteuse, June va brusquement basculer dans le monde des adultes et son hypocrisie.

Mon avis : 

L'histoire se passe dans les années 80. June, une adolescente de 14 ans, vit avec sa sœur Greta avec qui elle a du mal à s'entendre et ses parents qui, comptables, passent la plupart du temps au bureau pendant la saison des impôts. La personne la plus importante de la vie de June est Finn, son oncle et son parrain. Elle le voit très souvent jusqu'au jour où Finn décède du virus du sida, une maladie dont personne ne connaît encore rien à l’époque et qui fait très peur. 

Plongée dans une profonde tristesse, elle est alors contactée en secret par Toby le petit ami de Finn, que tout le monde accuse d’être responsable de son infection par le virus. Une amitié interdite va alors naître entre ces deux personnages qui ont un pour point commun d'avoir perdu leur être le plus cher.  

J'ai aimé cette histoire et la manière dont l'auteure, Carol Rifka Brunt, nous plonge dans les années 80 et dans ces années où le sida est une maladie inconnue qui alimente toutes sortes de théories. June est une adolescente mal dans sa peau et pleine d’interrogations sur tout. Je l’ai trouvé très attachante. La place qu'a pris son oncle dans sa vie est bien décrite, on comprend rapidement pourquoi sa mort l'a autant anéantie. En revanche certains points de la relation entre Finn et June m'ont un peu dérangée, j'ai trouvé cet attachement extrême un peu malsain parfois, je ne me sentais pas à l'aise pendant ma lecture.

Le point fort de ce roman est la manière dont sont traités les sentiments des personnages. Chacun  a une personnalité très complexe, l'auteur n'a pas choisi la facilité. Ils ont tous leur part d’ombre et leur part de lumière, il n'y a ni gentil ni méchant. C'est ce qui m'a le plus plu dans ce roman, car cela se rapproche de la vie réelle.  

J'ai été particulièrement touchée par le personnage de Greta, la sœur de June. Sa personnalité complexe m'a intriguée et j'aurais aimé en savoir plus sur elle, sur ses sentiments notamment à la fin du roman. Je trouve que son histoire est avorté, j'ai été assez frustré de ne pas connaître son évolution, notamment sur ses relations avec sa June.  Je trouve globalement que la fin de l'histoire va un peu trop vite, quelques chapitres supplémentaires pour connaître la suite du parcours de ces deux sœurs auraient été intéressants.

En résumé : Une belle histoire pleine d’émotions mais qui aurait pu être plus développée à mon goût, surtout à la fin.

1 commentaire: